Spa Manager : le Super-héros du Spa !

Les bonnes questions

Pour être heureux, il est très important d’exercer un métier qui nous plaît. En 2014, 39% des jeunes diplômés français ont fait des études en droit, économie et gestion. Aujourd’hui, le métier de manager qui découle de ses études possède de véritables attraits pour ceux qui souhaitent suivre une formation supérieure. Pour savoir si ces 39% seront heureux, il faut attendre des années ; le temps de confirmer leur choix et d’acquérir de l’expérience.

questions

On peut essayer d’anticiper le niveau de satisfaction de son futur travail. Pour ce faire, il faut se poser les bonnes questions. À savoir : « Dans quelle domaine est-ce que je souhaite exercer cette activité ? », « Quel niveau de management puis-je exercer ? ». Le management dans l’immobilier n’est pas la même que celle-ci dans la publicité.

La croissance des reconversions professionnelles en France prouve que la plupart des étudiants ne se sont pas posés les bonnes questions dès le début. À l’École des Spas et Instituts, nous  observons la tendance suivante : le domaine du bien-être attire majoritairement un public adulte en reconversion professionnelle (l’âge moyen d’un élève est environ 35 ans).

Les bonnes questions sont importantes car selon les réponses, la personne va choisir une formation particulière ou compléter celle déjà obtenue. Le jeune diplômé qui sort de son école avec un savoir-être qui ne lui correspond pas, ne pourra pas s’épanouir dans son futur travail.

Qui veut devenir un spa manager ?

Il y a trois groupes des personnes souhaitant devenir spa manager.

Groupe 1. Ce sont les personnes ayant suivi la formation de manager. Elles ne sont pas nombreuses, à cause de deux raisons :

> Premièrement, ce métier est très récent. Même aux États-Unis, qui sont à l’avant-garde dans le bien-être, la demande en spa managers n’est pas encore saturée. Les formations spécialisées sont ainsi encore rares, et surtout il est difficile d’en choisir une avec un bon programme.

> Deuxièmement, les étudiants des écoles de commerce visent généralement des secteurs dits « sérieux ».

spa manager phone cours massage

Souvent, c’est après des années dans ces secteurs plus « sérieux » (comme dans les assurances, les énergies, le secteur bancaire, ou le commerce de gros) que les gens choisissent de travailler dans le secteur du bien-être.

Groupe 2. Ce sont les représentants de différents métiers en reconversion professionnelle. Par la suite, ils sont amenés soit au métier manuel (spa praticien, esthéticien), soit au métier de spa manager.

Groupe 3. Ce groupe comprend des professionnels du domaine, tels que des esthéticien(ne)s ou des spa praticien(ne)s. Ils sont déjà de bons opérationnels et ont eu leur première expérience client, mais il leur manque des compétences managériales afin d’évoluer dans leur carrière.

Peu importe leur contexte professionnel, les élèves qui suivent une formation de spa manager se distinguent par leur détermination et par leur projet professionnel plus au moins défini.

Carrière Bling-Bling ?

Pour les professionnels d’autres domaines, le monde du bien-être est tout sauf sérieux. Les personnes extérieures à ce domaine, pensent que dans un spa les professionnels bavardent pendant des heures, se relaxent et profitent des parfums et des masques. La réalité s’avère être moins belle.

Workplace concept - Flat design of a clerk working at the desk

L’idée à laquelle peu de personnes pensent au départ, c’est qu’un spa est avant tout une entreprise. D’où l’objectif principal du spa manager : la rentabilité de son spa. En effet, le spa est un commerce B to C, ayant des aspects qui lui sont particuliers en termes de comptabilité, de marketing, de planning stratégique, de communication avec ses clients et de dialogue avec ses fournisseurs.

La mission du spa manger est donc d’augmenter le chiffre d’affaires de son établissement. Il existent parallèlement d’autres objectifs nécessaires à remplir, soit :

  • fidéliser sa clientèle,
  • gérer le bon fonctionnement du spa,
  • effectuer le suivi financier,
  • être responsable de l’ensemble des soins prodigués dans son établissement,
  • être l’interlocuteur pour ses partenaires en amont et en aval.

Ainsi le contexte du travail dans un spa est loin du bling-bling, car les métiers du spa exigent de leurs pratiquants beaucoup de professionnalisme et de rigueur.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :