Philippe RIZZO : bien dans ses pieds, bien dans sa tête

Philippe Rizzo, Président Honoraire de la Fédération Française des Réflexologues et le formateur de la réflexologie à l’École des Spas et Instituts, a répondu à mes questions sur le métier de la réflexologie. Nous avons parlé des particularités de celui-ci, des qualités dont doit disposer un bon réflexologue, des débouchés possibles et de l’évolution du métier.

Philippe Rizzo

Philippe Rizzo

> Depuis combien de temps enseignez-vous à l’École des Spas et Instituts ? Pourquoi avoir choisi cette école ?

J’enseigne la Réfléxologie depuis 10 ans (mars 2006), à la création de l’école.

Je n’ai pas choisi cette école, c’est l’école qui m’a choisi. A l’époque de la création de l’école, je venais d’être certifié Réflexologue et nommé Président de la Fédération Française des Réflexologues  et la direction de l’école m’a proposé de prendre en charge l’enseignement de la Réflexologie. J’ai tout de suite accepté car je considère qu’une passion doit se transmettre, et qui dit réflexologie dit détente, relaxation bien-être de la personne.

Depuis 10 ans, grâce aux élèves, j’ai fait évolué les cours de réflexologie plantaire, palmaire et niveau 2 toujours dans cette optique.

> Pourquoi avez-vous choisi la réflexologie ? Quel parcours personnel avez-vous suivi afin d’accéder à ce métier ?

J’ai effectué un stage de massage métamorphique en 2000 et c’est là que j’ai découvert la réflexologie plantaire. J’ai tout de suite su qu’il fallait que je me tourne vers cette discipline. Etant enfant, j’ai souffert du port des semelles orthopédiques, de devoir marcher pieds nus sur des graviers. Dès la première heure de cours, il s’est produit comme un déclic. Pour moi les pieds se rapportent aux fondations, aux orientations dans la vie. Et comme disent les chinois le sourire vient des pieds. Je suis persuadé que bien dans ses pieds, bien dans sa tête.

Je me suis inscrit pour commencer dans une école à Bordeaux, Réflexo 33, où j’ai suivi l’enseignement dispensé par un médecin généraliste. Ensuite j’ai rencontré un grand nom de la Réflexologie, Madeleine Turgeon, une canadienne qui m’a beaucoup formé à différentes approches de la réflexologie, telles que l’énergétique chinoise, l’étude des glandes endocrines, la réflexologie au quotidien de bien-être, la gestion de la douleur, c’est elle, surtout qui ma initié à la réflexologie des intestins et des émotions, champ d’étude et de pratique que je privilégie actuellement.

> Selon vous, quelles sont les qualités nécessaires à votre profession ?

Les qualités nécessaires, selon moi, tiennent en 4 mots :

Empathie, Bienveillance, Ecoute, Fermeté.

En fait il s’agit tout simplement de mettre son cœur dans ses doigts et travailler au contact de l’autre.

> La réflexologie est souvent considérée comme un soin accessoire. Quel est l’intérêt pour un spa praticien de l’apprendre ?

Dans les Spas, on prodigue des massages corporels et la réflexologie n’est pas au programme. J’ai voulu permettre l’intégration de cette méthode afin que les Spas élargissent  leurs cartes de propositions.

De plus, beaucoup de personnes sont réticentes pour recevoir un massage. Lors d’une séance de réflexologie, il n’y a pas besoin de se déshabiller, il suffit simplement d’être pieds nus. Par ailleurs, en insérant la réflexologie dans les Spas praticiens, on peut débuter une mini séance par certains protocoles adaptés de réflexologie qui permettent d’enchainer sur le massage proprement dit. En fait, la technique de réflexologie que j’enseigne spécialement pour les Spas praticiens est une méthode énergétique de bien-être. Elle dissipe le stress, phénomène courant de notre quotidien, et favorise la relaxation pour le bien-être aussi bien physique, psychologique, émotionnel que sur la qualité de la vie de tous les jours.

> Y a-t-il une différence entre la Réflexologie Plantaire et la Réflexologie Palmaire ?

Comme son nom l’indique, la Réflexologie Plantaire se pratique sur les pieds. Mais certaines personnes ne veulent pas toujours donner leurs pieds et ce pour plusieurs raisons :

  • les pieds ont une mauvaise image
  • elles ont peur que çà chatouille
  • elles sont gênées d’exposer des pieds mal entretenus ou malodorants
  • parfois les pieds sont blessés, endommagés

Dans tous ces cas on a recourt à la Réflexologie Palmaire (au niveau des mains).

Celle-ci peut se pratiquer aussi en automassage.

> Quelles sont vos principales satisfactions par rapport à votre métier ?

Depuis 14 ans que je pratique ma première satisfaction est assurément le bien que j’apporte à mes clients. C’est aussi de pouvoir vivre et partager la passion que j’ai pour la réflexologie avec tous les élèves que eus depuis.

> Comment imaginez-vous votre métier dans 10 ans ?

La réflexologie est une belle profession qui avance et se développe de plus en plus en France. 

Nous oeuvrons de plus en plus pour une reconnaissance officielle de la profession de Réflexologue. Ce métier est en pleine évolution, il est répertorié à l’INSEE dans la catégorie « Santé humaine et action sociale ». Il vient tout récemment d’être répertorié par le Ministère du Travail. Il peut s’exercer dans différents secteurs et offre des débouchés professionnels très porteurs, tant dans les milieux médicaux, sportifs en accompagnement ou en prévention, que dans le domaine esthétique et du Spa, clinique de chirurgie esthétique, socio-esthéticienne, centre de thalassothérapie, balnéothérapie, établissement thermaux etc….

> Quels conseils donneriez-vous pour accéder à ce type de métier ?

A mon avis il faut vibrer de passion pour l’être humain, la souffrance humaine en générale, avoir à cœur d’aider les gens et être constant dans son travail.

Si vous étes intéressé(e) par le métier de réflexologue, c’est le bon moment pour profiter de notre PACK Réflexologie. Si vous désirez de plus amples informations, n’hésitez pas à venir nous voir le samedi 21 Mai, la journée Portes Ouvertes à l’École des Spas et Instituts.

Vous pouvez contacter Philippe Rizzo au +33 6 12 91 16 45

%d blogueurs aiment cette page :